Des cerfs-volants qui produisent de l’électricité : rêve ou réalité ?

Des chercheurs allemands de la société berlinoise NTS GmbH, spécialisée dans l’énergie du vent, travaillent actuellement sur un projet qui pourrait permettre de produire de l’énergie à partir de cerfs-volants. C’est le Kitesurf, sport nautique désormais assez répandu, qui a inspiré cette société allemande : une planche à voile est accrochée à un cerf-volant, et lorsque le vent s’engouffre dans la voile, le surfeur peut faire des sauts de plusieurs mètres de hauteur.

production electricite cerf volant

Le Kitesurf pour produire de l’électricité

Les chercheurs  alors imaginé que les mouvements aériens du cerf-volant pourraient être utilisés pour entraîner un générateur qui convertirait l’énergie cinétique en électricité. Cette méthode devrait rendre possible l’exploitation de la puissance des vents jusqu’à 500 mètres d’altitude : « Les cerfs-volants volent à une hauteur de 300 à 500 mètres, et sont donc parfaitement positionnés pour accrocher des vents violents », a assuré Joachim Montnacher, ingénieur à l’IPA (Institut Fraunhofer pour les techniques de Production et d’Automatisation) de Stuttgart. Si cette technologie fonctionne, elle présentera des avantages par rapport aux éoliennes. Car, la vitesse du vent augmente avec l’altitude : à 100 mètres, la vitesse du vent est d’environ 15m/s tandis qu’à 500 mètres, elle dépasse les 20m/s. Ainsi, « le rendement énergétique d’un cerf-volant dépasse de loin celui d’une éolienne, dont le rotor tourne à une hauteur maximale de 200 mètres. Doubler la vitesse du vent, c’est générer huit fois plus d’énergie », assure J. Montnacher. En outre, ce système serait bien moins coûteux qu’une éolienne (fabrication, frais de mise en service et de maintenance…).

Un premier essai concluant

Les chercheurs ont d’ores et déjà envoyé un cerf-volant sur un site d’essai. A cette occasion, ils ont utilisé une petite télécommande semblable à celle utilisée pour piloter les avions télécommandés, et le cerf-volant a été envoyé le long d’une piste de 400 mètres de long. Suite à  cet essai concluant, les ingénieurs à l’origine du projet se disent confiants, d’autant que des investisseurs se sont déjà intéressés au concept. Il leur faut désormais parfaire leur projet (utilisation d’ordinateurs pour un contrôle précis et automatisé des cerfs-volants, reconfiguration de la piste d’essai en boucle fermée…).

« Selon nos simulations, nous pourrions utiliser une piste couvrant un total de 24 cerfs-volants en mesure de produire 120 GWh/ an (en comparaison, une éolienne de 2MW produit environ 4GWh/an) », affirme Guidi Lutsch, directeur général de NTS GmbH. Ainsi, un système mettant en œuvre ces cerfs-volants pourrait produire l’équivalent de la production de 30 éoliennes de 2MW.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *