Les énergies marines renouvelables, une énergie d’avenir

La mer rime avec vacances, farniente, sable chaud,… Mais, pour les ingénieurs d’EDF, elles riment plutôt avec électricité propre. Le vent, les vagues et les marées notamment représentent une manne d’énergie colossale, qui pourra, un jour, couvrir une grande partie voire la totalité des besoins des usagers.

eoliennes-offshore

Les éoliennes fleurissent au large des côtes françaises.

Les océans, une source d’énergie inépuisable

La Terre est bien souvent nommée la planète bleue et ce n’est pas un hasard. Elle est composée à 70% d’eau. Cet écrin turquoise offre une richesse exceptionnelle. La faune et la flore constituent un régal pour les yeux. Le surf, la voile, le canoë kayak, le stand up paddle, la natation,… De nombreux sports nautiques divertissent petits et grands. Les océans présentent également un fort potentiel en matière d’énergie renouvelable. Les courants, les vagues, les marées et le vent entre autres génèrent une source inépuisable d’électricité verte.

L’énergie marémotrice

Par le biais d’un barrage doté de turbines, le marémoteur exploite le flux et le reflux des marées. L’usine de Rance, située en Bretagne, produit 500 GWh/an depuis 1967. Cette énergie renouvelable est prévisible mais, son installation a un impact sur l’environnement tel que l’envasement et la modification de l’éco-système.

L’énergie houlomotrice

Flotteurs ponctuels ou linéaires, systèmes à déferlement et colonnes d’eau oscillantes, plusieurs techniques en phase expérimentale transforment l’énergie des vagues en électricité. Le constructeur américain Ocean Power Technologies a mis à l’eau, sur une période de 6 mois, en 2011, le « PowerBuoy », une station type flotteur ponctuel, près des côtes Nord-Est de l’Écosse.

La puissance libérée par les vagues oscille, de manière générale, entre 15 et 75 kW/h. Celles, qui déferlent sur la côte Atlantique française, délivrent, une puissance moyenne de 45 kW/h. Seules ombres au tableau, il n’existe pas de méthode pour prévoir la force des vagues et le matériel doit être suffisamment robuste afin de résister aux conditions climatiques les plus extrêmes.

L’énergie thermique des mers

L’énergie thermique des mers repose sur l’utilisation des différences de température de l’eau. Les plateformes se développent en particulier dans les régions intertropicales. La DCNS, en association avec le Conseil Régional de la Réunion, a conçu, en 2011, un prototype de centrale à énergie des mers à terre. Elle mène également des essais en Martinique et en Tahiti. Ce genre de système possède un avantage : générer une électricité propre non intermittente.

L’énergie éolienne offshore

L’éolienne offshore fonctionne grâce au vent tout comme les éoliennes classiques. Seule différence, elle s’installe en pleine mer. La firme Statoil a aménagé, en 2010, un démonstrateur à l’échelle commerciale « Hywind » le long du littoral norvégien, dans une profondeur d’eau de 200 m.

Les énergies marines, une ressource dotée d’un fort potentiel économique

L’exploitation des énergies marines renouvelables constitue un enjeu majeur pour l’avenir. Elle permet à la fois de créer de l’électricité et des emplois. Mais, leur développement reste encore limité, car ces installations ont un coût, qui reste encore assez important. Selon le rapport d’EY intitulé « Énergies de l’océan, vers la compétitivité : aperçu du marché » dévoilé au salon Seanergy de Biarritz, le 1er juin 2016, la tendance devrait s’inverser dans les prochaines années. Le montant de la maintenance et de l’exploitation devraient baisser de 79% entre les prototypes et la période de commercialisation. Dans un même temps, les dépenses d’investissement diminueraient de 46%. L’ensemble de ces économies se répercutera, au final, sur le prix de l’énergie. A titre d’exemple, le tarif de l’énergie des vagues s’élève, actuellement, à 600 €/MWh. Il passerait à l’horizon 2050 à 150 €/MWh !

Les objectifs de la France en matière d’énergie marine renouvelable

La France souhaite, d’ici 2020, augmenter de 23% sa part d’énergie renouvelable dans sa consommation globale d’électricité. Le pays mise sur les énergies marines, car il possède un potentiel incroyable. L’hexagone bénéficie de pas moins de 720 km de littoral ! Le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et Logement a donc naturellement classé, en 2009, cette filière comme prioritaire dans le développement des énergies vertes. D’après le rapport du National Renewable Energy Action Plan, l’objectif de déploiement (hors éolienne offshore posé) atteindra 380 MW aux alentours de 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *