La fin des énergies fossiles attendue dans moins de 50 ans ?

Une enquête effectuée par TNS Sofres, à la demande de Total, auprès d’internautes de différentes nationalités, souligne des différences de perception sur l’avenir énergétique de la planète. Tous prédisent la fin des énergies fossiles dans 50 ans au plus tard. En revanche, les Etats-Unis et la Chine font confiance à l’innovation pour repousser cette échéance tandis que les pays européens comptent sur les avancées techniques pour améliorer l’efficacité des énergies renouvelables.

site industriel energie fossile

Une enquête prédit la fin des énergies fossiles dans 50 ans.

Le changement climatique n’est pas le problème le plus préoccupant

Les résultats se valent d’un pays à l’autre. D’ailleurs, le changement climatique n’occupe pas la première place dans les préoccupations les plus citées : il est devancé par les problématiques de l’eau et de la faim dans le monde, ou de la protection sociale. Malgré cela, personne n’est dupe. La grande majorité des sujets interrogés s’attend à des changements très importants, accompagnés de phénomènes très violents, dans les 50 prochaines années.

Quid de l’empreinte carbone ?

L’empreinte carbone, très présente dans les médias, est minimisée. D’ailleurs, la plupart des personnes interrogées évaluent leur empreinte carbone  à moins de 5 tonnes par personne et par an. En réalité, elle se situe autour de 9 tonnes pour les Français et plus de 20 tonnes pour les Américains. Pour Jean-François Minster, « cela démontre la nécessité d’un travail pédagogique », pour sensibiliser les populations à ce problème.

Quelle part prendront les énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2030 ?

La plupart des personnes interrogées considèrent que les énergies renouvelables occuperont une part de plus en plus importante dans le mix énergétique mondial. Les Allemands pensent même à 81 % qu’elles pourront se substituer totalement aux énergies fossiles. 42 % d’entre eux pensent qu’elles produiront 75 % de leur électricité dès 2030. Les objectifs officiels, déjà très ambitieux, fixent cette proportion à 50 % à cette échéance (et 80 % en 2050). Les Chinois (à 44 %) et les Américains (40 %) partagent cette vision. Les Français sont plus prudents et préfèrent penser que la part d’énergies renouvelables s’élèvera à 50 % du mix électrique plutôt qu’à 75 % en 2030.

Mais, pour tous, l’énergie « verte » est incontestablement l’avenir de la planète.

Source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *