Prenez garde à la qualité de l’air intérieur

Savez-vous que l’air intérieur est parfois plus pollué que l’air extérieur ? Il existe des solutions simples et facilement applicables pour limiter les désagréments causés par la pollution de l’air intérieur.

maison nature

Maison au milieu de la nature.

Quelles sont les sources de pollution de l’air intérieur ?

  • Les produits d’entretien et de bricolage.
  • L’humidité qui crée des moisissures.
  • Les moquettes qui favorisent la prolifération des acariens.
  • Les appareils à combustion.
  • Le tabagisme : évitez de fumer à l’intérieur, même avec les fenêtres ouvertes.
  • Les bougies parfumées, encens et autres produits de synthèse.
  • Les poils d’animaux.

Pourquoi la pollution de l’air intérieur représente-t-elle un danger ?

Nous passons 85 % de notre temps à l’intérieur de bâtiments, qu’il s’agisse de notre logement ou de notre bureau. Mais, savez-vous que, bien souvent, l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur ? En effet, les habitations sont de plus en plus confinées, et aux sources statiques de pollution (matériaux de construction, d’ameublement,…) s’ajoutent les sources liées à l’activité humaine (cuisine, bricolage,…). La pollution de l’air intérieur peut avoir des conséquences sur la santé et notamment sur celle des personnes les plus fragiles.

Quels sont les moyens pour lutter contre la pollution de l’air intérieur ?

  • Aérer.

    Ce geste simple n’est pas encore automatique pour un trop grand nombre de personnes. Pourtant, aérer chaque jour au moins 10 minutes permet de renouveler l’air et de réduire la concentration de polluants à l’intérieur. ATTENTION : pendant l’ouverture des fenêtres, surveillez vos enfants et coupez vos appareils de chauffage pour éviter le gaspillage d’énergie (voir le détecteur d’ouverture de fenêtres pour vous simplifier la vie !).

  • Ventiler.

    Vérifiez que vos systèmes de ventilation sont opérationnels, en dégageant les entrées d’air, les grilles ou bouches d’aération, et en les dépoussiérant régulièrement. Ne bloquez pas vos VMC et faites-les entretenir.

  • Lire les étiquettes.

    Depuis le 1er janvier 2012, l’étiquetage des produits de construction et de décoration est obligatoire. Il se compose d’un pictogramme accompagné d’une lettre qui indique, pour chaque produit, le niveau d’émission de polluants volatils dans l’air intérieur. Les produits concernés peuvent aller de A+ (produit qui émet peu de polluants) à C. L’étiquetage aura peut-être un impact sur l’industrie. En tout cas, il doit permettre aux usagers d’être vigilants et d’orienter leurs choix.

Toutes ces indications doivent vous aider à prendre soin de votre santé en commençant par soigner la qualité de l’air que vous respirez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *