Yara Birkeland, le premier cargo électrique autonome

Le 10 mai 2017, deux sociétés norvégiennes ont annoncé la construction prochaine d’un modèle de cargo totalement inédit. Ce navire, destiné à transporter des engrais, sera entièrement électrique et autonome.

yara birkeland

Source : http://yara.com/

La Norvège révolutionne les transports maritimes

Les navires marchands constituent un moyen de transport très polluant, car ils utilisent un carburant particulièrement nocif, le fioul lourd. Ces bateaux rejettent en grande quantité des particules fines, des oxydes d’azote et surtout des oxydes de soufre. Une éclaircie semble se profiler à l’horizon. Cap sur la Norvège ! Ici, Yara International, un fabricant d’engrais et Kongsberg, un groupe industriel, ont uni leur force afin de mettre au point le premier cargo électrique autonome, baptisé Yara Birkeland. Ce porte-conteneur effectuera la navette entre l’usine de Porsgrunn et les ports de Brevik (8 milles maritime de distance) et de Larvik (30 milles maritime de distance). Il disposera d’une autonomie de plus de 65 milles nautiques (120 km) et sera capable de transporter entre 15 000 et 20 000 conteneurs. Grâce à lui, près de 40 000 trajets en camion et le rejet de 678 tonnes de CO2 seront évités !

2020 : mise à l’eau du premier cargo électrique autonome

Le transport de marchandises s’effectuera bientôt dans le plus grand respect de l’environnement. Le Yara Birkeland émet « zéro émission » polluante ! Les batteries de ce navire à propulsion électrique sont alimentées principalement par de l’énergie renouvelable. Autre grande première, ce bateau sera autonome. Pas d’équipage ou de capitaine à bord ! Il est équipé des dernières technologies dont des capteurs et un système de contrôle et de communication. La machine est ainsi en mesure de détecter la présence des autres navires et de définir par elle-même la meilleure trajectoire à suivre afin d’éviter la collision. Pour plus de sécurité, il sera possible de suivre en temps réel son parcours. Un opérateur pourra reprendre le contrôle en cas de besoin.

Le cargo a pour vocation de devenir une liaison permanente, disponible 7 jours sur 7 et 24 h sur 24 h. Les premiers voyages débuteront en 2019 avec, dans un premier temps, quelques hommes à la manœuvre. Le bateau sera complètement autonome qu’à partir de 2020. Il empruntera un trajet déterminé, qui est réputé pour ses eaux tranquilles. Parallèlement, la Norvège expérimente plusieurs ferries électriques dans les fjords.

D’autres essais de bateaux propres et autonomes

De nombreuses équipes de chercheurs travaillent sur la même problématique. En avril 2016, la Darpa (agence rattachée au ministère de la défense américaine) a dévoilé un navire de guerre sans équipage. L’université de Plymouth réfléchit sur la conception d’un trimaran autonome. Il devrait être fin prêt, en 2020, pour célébrer le 400ème anniversaire du voyage du Mayflower, qui a transporté les immigrés vers les États-Unis. En Europe, les idées ne manquent pas. Le projet Cargoxpress consiste à fabriquer un porte-conteneur de cabotage propre. Composé de batteries électriques, il fonctionnera grâce à l’énergie solaire. Le catamaran Energy Observer est propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables. Le 14 avril 2017, il a entamé à Saint-Malo sa traversée autour du monde. L’expédition doit durer 6 ans et permettre de tester la technologie dans des conditions extrêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *